Réception de la Radio DRM

Table des matières

Il y a encore nombre de radios qui diffusent en modulation d’amplitude sur les hautes fréquences. La particularité cette bande est une portée qui peut aller jusque plusieurs milliers de kilomètres. Mais saviez vous que la radio numérique existe aussi en ondes courtes ? C’est la DRM. Essayons de la capter.

DRM, ou Digital Radio Mondial, à ne pas confondre avec Digital Right Management, est une norme de radiodiffusion broadcast. Voici quelques une de ses caractéristiques :

  • numérique
  • sur ondes courtes, moyennes et longues (< 30 MHz) permettant une grande portée
  • modulation d’amplitude à bande latérale unique (BLU)
  • bande passante de 10kHz
  • encodage AAC
  • possibilité de données associées (nom de la station, image)
  • multiplexage de flux

L’usage de cette norme reste confidentiel et expérimental en France, contrairement au DAB+ qui se déploie (très) progressivement depuis quelques années ici.

À l’aide du site hfcc qui liste les émetteurs DRM, on note quelques stations :

  • 3965 kHz : TDF Radio France International (1kW Issoudun, France)
  • 6175 kHz : TDF DRM_Test-Special ? (150kW Issoudun, France)
  • 7310 kHz : Radio Romania International (Galbeni, Roumanie)

Mon dispositif de réception

Compilation du logiciel Dream

Pour faire simple, c’est compliqué de faire tourner Dream sur les systèmes actuels (Linux / MacOS ou Windows) car l’application est assez vieille et plus très maintenue.

  • Le décodeur faad n’est généralement pas compilé avec le support DRM dans les distributions. à compiler soi même …
  • le .dmg compilé ne se lance pas sous Catalina. Difficile à compiler sous Catalina
  • Compilation OK sous Ubuntu 16.04 LTS et 18.04 LTS
  • PAS OK sous Ubuntu 20.04 Hirsute (actuelle)

J’ai donc du installer sur une VM une Ubuntu un peu ancienne 18.04 LTS qui est compatibles avec toutes les dépendances. Ce script m’a également permis d’enfin compiler avec succès la chose.

La version 2.1.1 fonctionne, je n’ai pas réussi à faire fonctionner la 2.2

Tests de captation

Avec Cubic SDR, se positionner sur la fréquence voulue, démodulation USB, bande passante 10 kHz. D’où je suis j’ai réussi à capter Radio Romania International, qui a l’avantage d’avoir des programmes en langues étrangères, dont l’anglais et même le français.

C’est pas du tout Cubic SDR mais c’est pour montrer à quoi ressemble un signal DRM

Voici un extrait du son démodulé caractéristique d’un signal DRM, une sorte de gros woosh choruso-flangé :

Puis avec Dream, branchez le soft pour qu’il écoute l’entrée de la carte son, ou un routage son virtuel, ou la lecture d’un fichier .wav préalablement capté.

Le logiciel Dream décodant le signal de RRI de l’émetteur de Galbeni

Le logiciel Dream décodant le signal de RRI de l’émetteur de Saftica

Et voici un extrait du son décodé où l’on apprend que l’équipe de football roumaine a gagné face au Honduras. Cool.

D’après les métadonnées du flux, l’émetteur se situe à Galbeni, à l’est de la Roumanie, ce qui fait une distance à vol d’oiseau d’un bon 1800km.

La portée des ondes courtes

Et voici le type d’antennes “rideau” utilisée

Antennes rideau Galbeni

Un exemple de réception de RFI avec le logiciel SDRuno (désolé pour le watermark audio issu du logiciel Virtual Audio Cable en mode “trial”)

Conclusion

Finalement une méthode plus simple pour éviter la phase de compilation de Dream et du routage du son peut être d’installer le logiciel de réception SDR tout intégré OpenWebRX, disponible en image .iso pour Raspberry. En effet il comporte nativement plusieurs décodeurs de modes numériques dont le DRM, le tout dans une interface web.

Ressources

comments powered by Disqus